Découverte originale...

jeudi 9 février 2017
par  Philippe BERTOCHIO

Dimanche 29 janvier

Avec François, nous étions partis sur la petite Céuze à la recherche de ce fameux gouffre des Femmes (ou Fénas). Mentionné par F.N. Nicollet en 1911 dans son ouvrage "Notice géographique et historique sur le Mandement et la Commune de Sigoyer-du-Dou (Hautes-Alpes)" nous la cherchons depuis plusieurs années, en vain. La neige est absente, la météo particulièrement clémente par rapport à la veille. Nous voici partis depuis Sigoyer.

La marche est rapidement bouclée. Nous commençons nos recherche sur le plateau des cochons. Ce n’est pas son nom mais la multitude de traces de sangliers nous a vite inspiré cette appellation. Sous un gros bloc, caché par un églantier, François découvre un abri bas où de la paille et des branches ont été stockées. On distingue clairement les traces d’aménagements pour faire un sol plat pour trois ou quatre couchages. Cela devait servir d’abri ponctuel car le plafond est très bas.

JPEG - 80.3 ko

Nos pérégrinations nous conduisent, peu à peu, vers les ruines de Céas. Après le casse-croûte, nous descendons vers l’ouest sur le lapiaz pour tenter notre chance dans ce secteur. En parallèle, nous avançons afin de couvrir la zone. Mais là encore, choux blanc. Retour dans les champ de ruines pour retrouver le chemin du retour. Sur la dernière ruine, dans un angle, je remarque que les pierres ne sont pas disposées comme la logique de leur chute devrait les mettre. Je soulève les premières et découvre rapidement un vieux fût métallique rouillé. Impossible de le bouger, pris par les cailloux. J’appelle François en renfort et nous dégageons plus largement. Le fût est lourd. Je le bascule légèrement pour atteindre le sommet lorsque nous entendons un bruit de cliquetis par le dessous. Le fond est percé et laisse échapper des balles de gros calibre. Je repose le bidon à plat délicatement. Un coup de lampe vers l’intérieur montre un grand nombre de balles, que nous évaluons à 100 ou 200. Nous remettons les cailloux par dessus afin d’éviter tout risque d’accident.

JPEG - 172.5 ko

Le mercredi, à la gendarmerie de la Saulce, je déclare notre découverte qui laisse perplexe nos agents. Ces derniers contactent le service de déminage de la sécurité civile basée à Marseille qui me rappelle. Nous convenons d’un rendez-vous, à l’occasion d’un de leurs déplacements dans les Alpes. La semaine suivante, après plusieurs jours de météo maussade, me voici en début d’après-midi, en marche pour retrouver notre "trésor" en compagnie de deux policiers démineurs. La neige est beaucoup plus présente mais ne nécessite pas encore de raquettes. Nous retrouvons facilement le fût et ses occupantes. Notre évaluation du nombre de balles fera bien rire nos experts. Il y a plus d’un millier de balles anglaises 303 pour fusil d’assaut. Nous emballons tout cela dans nos sacs et prenons immédiatement conscience du poids du métal. Le retour sera plus lent. Le service de déminage charge le butin dans leur véhicule de service, direction Marseille, où les balles seront détruites au four.

Cette découverte restera comme originale même si nous n’avons toujours pas trouvé la grotte des Fénas...

Participants : François et Philippe


Agenda

<<

2017

 

<<

Novembre

 

Aujourd'hui

LuMaMeJeVeSaDi
303112345
6789101112
13141516171819
20212223242526
27282930123
Aucun évènement à venir les 6 prochains mois