Compte rendu du camp dans le Dévoluy

Du samedi 19 juillet au dimanche 27 juillet 2014
mardi 26 août 2014

Samedi 19 juillet 2014

Sortie au chourum des aiguilles

Participants = GSBR & AGEK : Michel D, Philippe et Chantal V, Annie G, Fred C

SCA Gap : François P, Marc P, Christophe P

SCP : Jacques B

Spéléus : Maryline C + 6 jurassiens / doubistes

TPST de 12 heures

Départ du col de Festre. Grimpette dans le vallon des Aiguilles par le GR au début. Le paysage est magnifique, encore verdoyant à cette altitude. Les arabesques du ruisseau des Aiguilles sont esthétiques. Au bout de deux heures de marche d’approche, on découvre l’entrée du chourum des Aiguilles. L’endroit est convivial, il y a même le cubi de rosé qui nous attend : on fait bien les choses dans le Dévoluy… Du coup, cet endroit devient un spot à la mode et ce jour-là, 16 personnes attendent leur tour pour descendre sous terre !!!

Heureusement qu’une équipe de Gap avait déjà préparé le terrain. L’équipement a été fait jusqu’à la côte -180 m (avant le puits du château de cartes). Mais à 16 dans une cavité, cela fait vite des bouchons. Une équipe décide de faire demi-tour et entame sa remontée quand les premiers attaquent la descente du beau puits du château de carte. Ici, la vigilance est de mise car il faut être méfiant à ne pas faire tomber des pierres sur ses petits camarades en dessous… On passe donc un par un.

Rassemblement dans la salle à manger avant la vire remontante. Les cordes en place depuis plus de 20 ans rendent son rééquipement nécessaire, surtout si un gros groupe y passe. Fred s’y attaque et derrière lui, l’attente s’organise autour d’un café et d’une démonstration de spéléo poncho. La vire se révèle sportive, peu de prises pour les pieds… Elle ira mieux dans le sens de la descente. Beaucoup de temps se passe avant de se retrouver tous dans la salle du réseau des Rama. Du coup, on revoit les objectifs de la sortie et décidons de laisser sur place les kits prévus pour aller jusqu’à la trémie finale à +22 m. Tout le monde fait demi-tour et la sortie du chourum, sous une nuit étoilée, s’échelonnera jusqu’à 1 heure du matin.

Coucher à 4 heures du matin après un repas bienvenu au camping !

Dimanche 20 juillet 2014

Pas vraiment de grasse matinée pour l’équipe de campeurs, mais une certaine inertie dans les mouvements quand même, le temps pluvieux et menaçant ne nous motivant pas vraiment. Visite de mère église, randonnée dans les canaux de la Souloise. Jacques repart, la soirée se poursuit au camping.

Lundi 21 juillet 2014

Prospection spéléo et repérage de cavités

Participants = Chantal V, Annie (GGSBR & AGEK), Christophe P (SCA gap), Maryline C (Spéléus)

Visite guidée par Christophe dans le canyon des Adroits : il connaît les lieux comme sa poche pour y avoir fait de nombreuses prospections. Repérage des Forcenés, Baume du chariot, Baume de France. On monte jusqu’au GR pour trouver (facilement) l’entrée des gnocchis, qui avec les Forcenés forment une traversée.

La pluie et le brouillard sont au rdv, l’ambiance est typiquement dévoluarde : minérale à souhait ! Beaucoup de cavités, des porches se distinguent à l’œil nu, la difficulté étant d’y accéder dans un terrain où il faut mieux avoir le pied sûr. Repérage de dolines qui se succèdent, c’est sûr il y a encore un potentiel énorme pour occuper une dizaine de générations après nous !! Nous mangeons à l’abri sous un porche.

Nous ne sommes pas les seuls dans ces contrées sauvages. On croise un chamois et des marmottes en montant. Dans les cavités, les mouches, moustiques et autres trucs volants que je n’ai pas trop voulu identifier sont nos compagnons de jeu. A croire qu’ils se sont tous donnés rdv en ces lieux. Christophe nous emmène dans les galeries de la Baume de France, progression en méandre, très beaux volumes, rognons de silex un peu partout. Arrêt sur un ressaut peu engageant sans cordes.

On s’attarde un peu avant le passage étroit qui mène à la sortie, le vent s’engouffrant dans la galerie crée une ambiance dantesque, on est presque tenté de rester à l’intérieur. Mais il faut quand même ressortir et nous bravons les éléments jusqu’à la voiture – retour vers 18 heures

Mardi 22 juillet 2014

Sortie au chourum des Nains Jaunes

Participants = Christophe P (SCA gap), Bernard B (SCA gap), Maryline C (Spéléus), Philippe V (GSBR & AGEK)

Rendez-vous 8H00 col de Festre

Retour aux voitures 21h15

TPST de 2H30 heures environ

Malgré le brouillard et la pluie, nous sommes quand même bien motivés pour rendre une petite visite aux nains jaunes, ceux qui se cachent tout en haut de la montagne que nous ne voyons même pas dans ce brouillard matinal. Après une bonne grimpette sous les rafales de vent et un passage devant le chourum des Aiguilles et du Rama, nous continuons tout droit dans le pentu jusqu’à la crête…

« Tu verras, on a une superbe vue sur le Vercors… ». Ah ouais, faut juste le conceptualiser dans la tête car aujourd’hui, le brouillard a décidé d’être joueur… Pas de vue ! Et c’est peut-être tant mieux car la suite est directement de l’autre côté de la montagne, dans le vide. Christophe installe la corde grâce à l’équipement existant en place et pour lequel la simple vision rajoute un peu de piquant à l’expédition. Pas de panique, il y a quand même 2 pitons rouillés en tête, c’est bien !

Descente d’une trentaine de mètres avant d’atteindre le porche d’entrée, où nous abordons avec extrême précaution la descente jusqu’à la salle principale. Voilà bien une application de la maxime de François, révélée en fin de séjour mais tellement vraie dès les premiers pas dans les cavités du Dévoluy : « le Dévoluy, ça tient pas mais ça tient ». L’inverse est aussi vrai ;-)

Il faut juste se faire tout léger dans la progression, facile non ?! Arrivée dans un grand et beau volume, avec un élégant miroir de faille. Mais la suite est ailleurs, et pour y aller, et bien il faut gratter… et dans la boue froide et liquide, avec un petit filet d’eau tombant du plafond pour s’échouer dans le cou, c’est encore mieux !! Tous allongés dans ce couloir hyper venté mais prometteur, clef d’un -1000m, l’ambiance est de celle à réfrigérer tout être vivant en très peu de temps. On ne peut pas oublier qu’on est à 2 356 m. Record perso pulvérisé d’altitude d’entrée de cavité ;-). Il faut bouger, ça tombe bien il y a du taf. Les barquettes s’enchaînent. Le système n’est pas encore bien rodé, mais la séance est quand même bien efficace. L’avant / après est remarquable.

On retrouve le chaud tout relatif du dehors. La remontée se fait dans le brouillard, avec des rafales de vents sifflant aux oreilles garantissant une ambiance « haute montagne » pour la remontée sur paroi. Ça le fait bien !

Mercredi 23 juillet 2014

Randonnée du Tour de la crête d’âne – 2040m

Participants Philippe et Chantal V, Annie G Maryline C

Départ depuis l’IRAM, gare téléphérique où est érigé le monument commémoratif du dramatique accident au pic de bure en 1999. JP arrive, nous le retrouvons au camping… Hélas, sous la pluie qui a cependant attendue la fin de notre ballade pour débuter. On annule la via-ferrata de Saint Etienne en Dévoluy prévue après la rando… Il tonne au loin !

Jeudi 24 juillet 2014

Randonnée géologique dans le Vallon de l’Abéou

Participants = Philippe V, Annie G, Christophe P, Jean-Paul D, Maryline C

Ballade géologique repérée dans le bouquin « Les plus belles randonnées du Dévoluy ». Pas vraiment de chemins classiques pour cette randonnée qui va se transformer en chasse au trésor géologique… Avec le descriptif succinct, nous prenons à l’aller le mauvais ruisseau qui nous fait cependant découvrir de beaux paysages.

Arrivée à la cabane du faux-vieux berger où nous avons une vue d’ensemble pour bien repérer les lieux et prendre le bon ruisseau au retour ;-) La vue sur le col de corps et ses alentours est joli sous le soleil. Nous déjeunons à la dalle aux ammonites, en admirant juste en face les superbes dessins des strates : il n’y a pas de doutes, cela a bien du brasser dans le coin. Les couches sont torturées, pas de sentiers évidents pour nous y conduire. Il faut être né chamois (ou équipé de bonnes jumelles) pour en apprécier au plus près les détails !

Retour dans les gorges du ruisseau de Chazal, la corde de secours nous a même servi pour un ressaut. Passages sauvages et ambiance aquatique, de toute beauté. On arrive à l’heure au concert à mère église, belle ambiance dans cette charmante petite église du 11ième siècle qu’on a pu enfin voir de l’intérieur.

Vendredi 25 juillet 2014

Sortie au chourum des Nains Jaunes

Participants = Annie G (GSBR & AGEK), Christophe P (SCA Gap), Bernard B (SCA Gap), Marc P (SCA Gap), Maryline C (Spéléus)

Rendez-vous 9H00 col de Festre

Retour aux voitures aux environs des 20h00

TPST de 2H00 heures environ

Les nains jaunes, le retour ! Oui mais cette fois sous un beau et grand soleil ! Quel plaisir de voir le paysage aux alentours, les pauses pour souffler sont d’autant plus agréables. On peut bien contempler les jolies arabesques que dessine le ruisseau des Aiguilles au fond du vallon. Et arrivés en haut, le voilà enfin ce Vercors, d’ailleurs la vue à 360° vaut bien tous les efforts !

Après un petit repas arrosé au rosé monté depuis le chourum des Aiguilles par Christophe. On ne dirait pas la même sortie, là on voit tout ! Ouh, mais il y a du vide sous nous ! L’arrivée au porche est aussi jolie. Tout le monde se retrouve dans les galeries pour une séance de désobstruction. On est un de plus et ça se sent. La valse des barquettes s’enchaîne par postes tournants. On sent l’organisation type taylorienne qui s’est mise en place pour une plus grande efficacité : ça dépote !

Au bout du bout, la trémie en a pris un coup, mais le terrain est encore bien instable. Et ce n’est pas franchement rassurant de traîner dans les parages. Mais encore une fois, le dicton est vérifié « ça tient pas… mais ça tient ». Avec en prime une animation de fin de sortie. On finit en apothéose digne d’un cœur de volcan ou des plus grands parcs d’animation : ambiance colorée et démoniaque chez les nains jaunes ;-). Le fumigène se consume mais nous ne verrons pas de sortie aux alentours, d’autant plus que la vision est tronquée avec le brouillard venant en nappes diffuses.

Et oui, c’était trop beau tout ce soleil. Il fallait bien que la pluie se réinvite en cette fin de journée. Nous arrivons complètement trempés aux voitures !

Samedi 26 juillet 2014

Sortie au chourum des aiguilles

Participants Christophe P (SCA Gap), Marc P (SCA Gap), Maryline C (Spéléus)

Rendez-vous 8H00 col de Festre

Sortie... même pas 18h00 !

Rdv sur le parking goudron du col de Festre pour retourner chercher les kits laissés dans la grande salle du réseau des ramas. Malgré trois tentatives de Christophe, notre pilote tout terrain, le sol rendu bien gras par les pluies récentes rend impossible la montée en voiture jusqu’à la bergerie.

La descente dans la cavité à trois est rapide : en deux heures nous atteignons la grande salle. J’apprécie de nouveau quelques beaux passages (château de cartes et beaux puits avec des rognons de silex). Tiens une trace rouge sur un rocher, reliquat du fumigène d’hier ?

Nous retrouvons nos kits qui nous ont attendus sagement. Nous les allégeons rapidement de leur partie bouffe et eau, mais Christophe et Marc repartent quand même avec des bons kits bien lourds. Le mien est beaucoup plus en proportions raisonnables, j’ai eu la bonne pioche. Nous repartons dans la vire tire bras, mais qui se passe bien mieux à la descente. Nous remontons intercalés pour éviter les chutes de pierres intempestives et sortons vers 16h00 des aiguilles. Retour à 17h57 (même pas 18H00, trop forts !!) à la voiture, chargés comme des mulets… On aurait pourtant apprécié que la voiture soit garée à la bergerie. On finit par prendre des habitudes ;-)) Merci aux déséquipeurs du SCA Gap qui viendront les jours suivants : même si nous n’avons pas pu aller jusqu’à la trémie à + 22 comme prévu dans le déroulé original, la cavité vaut le coup d’œil et perso, je signe volontiers pour y retourner une prochaine fois.

Dimanche 27 juillet 2014

Sortie au pic de Bure

Participants = Annie G, Philippe et Chantal V, François P (SCA gap), Maryline C (Spéléus)

Nous nous en étions rapproché jeudi, il est à notre portée en ce dimanche ensoleillé. Excellentes conditions pour aller jusqu’au sommet du pic de Bure. Beaucoup de soleil, peu de vent, de champs d’arnica à traverser et nos pas nous mènent, après l’étape des tournesols de métal, à la table d’orientation du sommet. Nous ouvrons grand nos mirettes, saisissons l’instant … avant que la brume nous rattrape pour nous accompagner dans la descente de la combe Ratin.

Et bien sûr, est ce qu’une rando peut se passer normalement avec des spéléos… ? Que nenni. François nous mène à deux cavités pour une variante fort appréciée : au chourum Napoléon jusqu’à la tête du premier puits et à la baume de la combe Ratin. Cette dernière, typique dévoluarde avec son accès très minéral où la méthode « progression à quatre pattes » s’est encore confirmée, la glace se mêlant aux pierres instables ! Mais surprise, au fond de la baume, une stratification en mille-feuille coloré et des concrétionnements de toute beauté nous attendent. Apéritif dinatoire avec François au camping sous les derniers rayons du soleil…

Lundi 28 juillet 2014

Le camp s’achève, et après un pliage de toutes nos affaires entassées au cours de ces 10 jours, chacun prend son chemin. Certains continuent leurs vacances pour aller dans le sud pour découvrir la vallée des Merveilles ou le Verdon, d’autres reprennent le boulot…

Bonne humeur, moments conviviaux et rigolades, belle spéléo et randonnées voici de bien beaux moments avec ce camp interclub 2014 passé dans une région atypique. Et même si la pluie s’est invitée au passage et nous a finalement peu lâché, cela ne nous a pas empêché de découvrir un peu plus ce beau coin qu’est le Dévoluy !

Texte : Maryline CAILLAT


Agenda

<<

2017

 

<<

Novembre

 

Aujourd'hui

LuMaMeJeVeSaDi
303112345
6789101112
13141516171819
20212223242526
27282930123
Aucun évènement à venir les 6 prochains mois